Créée en 1993, Soyelle est une entreprise familiale spécialisée dans la distribution et le développement d’accessoires pour la lingerie et de lessive spéciale pour matières délicates.
Publié le 20/04/2018

"Quand j’ai repris le flambeau en octobre 2009, l’activité ne se portait pas très bien", se souvient Nathalie Giry, dirigeante de la société.

"L’objectif consistait alors à redresser l’entreprise, tout en élargissant la gamme de produits pour séduire une clientèle plus large". Un défi de taille pour l’entrepreneure au parcours pour le moins atypique.

"Après avoir travaillé pendant de nombreuses années dans le monde de la santé, et notamment dans le domaine de la cancérologie, j’ai souhaité changer de métier", poursuit-elle.

"Le fait de reprendre Soyelle m’a ainsi permis de me réorienter, tout en poursuivant mon engagement aux côtés des femmes". Une nouvelle aventure… et de nombreuses pistes à explorer !

International et digital

"Au-delà de l’envie de consolider l’activité sur le marché français, j’avais pour ambition de développer l’entreprise à l’international", précise Nathalie Giry. "En quête de soutien, je me suis alors tournée vers la CCI Paris Ile-de-France. J’ai eu la chance de tomber sur une interlocutrice aussi adorable que compétente qui m’a ouvert de nombreuses portes".

De quoi permettre à la jeune chef d’entreprise de participer à des salons professionnels et de rencontrer des experts disposant d’une fine connaissance des différents marchés locaux. Un chantier important, aussitôt complété par un second axe de développement. "Nous avons récemment lancé la refonte intégrale de notre site web", explique-t-elle. "À travers son dispositif Les Digiteurs, la CCI nous a permis de faire un état des lieux de l’ancien site, tout en dégageant des idées pour optimiser son fonctionnement".

L’enjeu ? Retravailler l’ergonomie et l’identité visuelle du portail, tout en intégrant des process automatisés facilitant notamment la gestion des commandes. "La mise en ligne du nouveau site est prévue pour la mi-mai", conclut-elle. "Que ce soit pour nos projets internationaux ou encore pour le volet digital, nos interlocuteurs auprès de la CCI ont toujours".

Interview publiée dans Les Echos du 16 avril 2018

Où en êtes-vous de votre digitalisation ?

Agenda de l'entreprise

Inscrivez-vous